Brésil - Indiens et développement en Amazonie

7.00 €

Ethnies 11-12 Printemps 1990.
Responsable éditorial : Bruce Albert

Au début des années 1980, le Brésil entamait un long processus de transition démocratique. Malgré les espoirs qui entourèrent l’avènement de cette « Nouvelle République », la politique indigéniste de son premier gouvernement présentait, au bout de cinq ans, un bilan dont les articles contenus dans ce recueil montrent qu’il n’avait, à bien des égards, rien à envier à ceux des administrations militaires qui l’avaient précédée.

La politique indigéniste brésilienne se caractérisait par un antagonisme entre les dispositions progressistes de la Constitution de 1988 et une politique arbitraire d’assimilation et d’expropriation imposée par les militaires de l’ex-Conseil de sécurité nationale dont la Fondation nationale de l’Indien, administration indigéniste alors à l’agonie, n’était plus que le maigre paravent administratif.

Face à la poussée du mouvement démocratique, les militaires brésiliens s’efforcèrent de pérenniser leur tutelle sur le développement amazonien afin d’ouvrir les dernières terres de la région aux intérêts privés. C’est à travers le choix politique entre l’un des termes de cette nouvelle alternative - approfondissement démocratique ou continuité de la tutelle militaire - que se définissait l’espace réservé à la question indigène dans la politique de développement amazonien du nouveau gouvernement brésilien.

Ce dossier s’ouvre sur quatre articles introductifs portant sur le mouvement indien, la Constitution de 1988, la situation des terres indiennes et le financement du développement amazonien. Les contributions qui suivent évaluent l’impact du modèle d’occupation économique de l’Amazonie brésilienne sur les sociétés indiennes à travers ses grands secteurs d’activité : exploitation minière, production hydro-électrique, grands projets agro-industriels, exploitation forestière. Les quatre articles qui clôturent ce recueil analysent le contexte géopolitique et le dispositif militaire dans lesquels s’inscrit la planification de ces réalisations économiques.

« La meilleure information actuellement disponible sur le sujet » L’Hebdo (Genève)

SOMMAIRE

Droits indigènes et développement
Entretien avec Ailton Krenak
L’État, les Indiens et la nouvelle Constitution
Terres indiennes et frontière économique
La Banque mondiale en Amazonie

Intérêts miniers
Compagnies minières et terres indiennes
Les Waimiri-Atroari et la compagnie Paranapanema : chronique d’une expropriation officielle
Guerre de l’or sur le Haut Rio Negro
Indiens et garimpeiros
L’or et la boue. Cosmologie et orpaillage waiãpi
Complexes hydroélectriques
Peuples indigènes et développement hydroélectrique
Barrages du Xingu : l’État contre les sociétés indigènes

Grands projets agro-industriels
Le programme Grand Carajas et la question indienne
Résistance gavião : d’une frontière l’autre
Le projet Polonoroeste et les Indiens
Dernier cercle : les Indiens isolés du Polonoreste

Exploitation forestière
Le pillage du bois des terres indiennes
Ka’apor : forêts en otage dans le Maranhão

Développement et géopolitique
Projet Calha Norte : politique indigéniste et frontières nord-amazoniennes
Développement et sécurité nationale : les Yanomami face au projet Calha Norte
Pari Cachoeira : le laboratoire tukano du projet Calha Norte
Massacre d’Indiens dans le nord amazonien : les Tikuna et leur lutte pour la terre

ISSN 0295-9151 Format 21 x 28 cm, 148 p. , bibl., cartes, photos.